Enfants faisant de la luge en mars 1950 à Praz sur Arly
Les élèves de la 1ère classe de neige devant Les Bambinos. © Office de Tourisme de Praz sur Arly

Mars 1950. Le chalet Les Bambinos, renommé depuis Les Portes de Megève, s’apprête à accueillir des petits parisiens du Cours Privé Victor Hugo. C’est une première pour la famille Grange, propriétaire des lieux, qui recevait jusqu’à présent, à Praz sur Arly, des enfants atteints de tuberculose en partenariat avec la Croix Rouge Suisse. Constance Müller de Schongor, institutrice, M. Lorphelin, directeur de l’établissement à Paris, et son épouse, ont prévu de délocaliser la classe pendant 3 semaines afin de permettre aux enfants de respirer l’air pur des cimes. Ensemble, ils inventent, sans le savoir, la classe de neige. 
À l’époque, pas de ski. Les élèves ont cours normalement et, après l’étude, s’ils ont été sages, ils peuvent faire de la luge ou des batailles de boules-de-neige.


L’âge d’or des classes de neige

C’est un succès. L’Éducation Nationale s’empare du concept et, dès 1953, valide l’organisation de tels séjours. Certaines villes investissent dans des centres de vacances dans les Alpes, à l’instar de La Ciotat, à Praz sur Arly. Ou de Malakoff, qui a fait construire un bâtiment à Megève, ou de Courbevoie, qui possède Les Bartavelles au mont d’Arbois. Les élèves alternent cours avec leurs enseignants et activités sportives encadrées par des moniteurs. Entre les années 1950 et 1990, des dizaines de milliers d’enfants découvrent les Alpes et attrapent le virus de la glisse. Ils deviennent les premiers clients des stations de ski. 

Les Bambinos et les eleves de la premiere classe 1 1024x674 70 ans de classes de neige
Les Bambinos et les élèves de la 1ère classe de neige. © Office de Tourisme de Praz sur Arly

Un concept en perte de vitesse

Aujourd’hui, les classes de neige ne font plus recette. France Montagne estime qu’il faut environ 70 € par enfant et par jour pour organiser un séjour à la montagne, nourriture, activités et transports compris. Si les villes et les départements ne donnent pas de subventions, la facture est trop salée pour les familles. 
Les enseignants, eux, doivent faire face à l’augmentation des normes de sécurité ainsi qu’au durcissement des contraintes pédagogiques et administratives. Organiser une classe de neige est un véritable parcours du combattant. Par ailleurs, les centres d’autrefois ont vieilli, et les travaux de réhabilitation sont parfois prohibitifs. 


Séduire les jeunes

Pourtant, ces classes de neige sont essentielles aux stations de ski. Elles leur permettent de créer un réservoir de clientèle. 
La proportion des skieurs de 15-25 ans est passée de 20 % en 1995 à 14 % aujourd’hui, selon une étude de l’Association des Maires des Stations de Montagne parue en janvier. Et si la solution était finalement plus proche ? Et si le futur de la classe de neige consistait simplement à éduquer aux joies de la glisse les personnes résidant dans un rayon de 30 à 40 km. En effet, combien d’enfants de la vallée de l’Arve ont-ils déjà skié ? En 2019, la Région Rhône-Alpes a lancé un Plan Montagne pour mettre davantage de jeunes sur les skis. Elle prend désormais en charge le transport vers les pistes. Des subventions sont aussi prévues pour rénover les centres de vacances. 
Des initiatives cependant suspendues à la présence de la neige… qui se raréfie à cause du réchauffement climatique…

Leave a Reply

Inscrivez-vous !

Toute l'actualité de Megève et sa région directement dans votre boîte mail

You May Also Like

Les Fermes de Marie ont 30 ans !

Jocelyne et Jean-Louis Sibuet ouvrent Les Fermes de Marie en 1989 à Megève. Un établissement 5 étoiles devenu, depuis, une référence dans l’hôtellerie de luxe.

Les comptes Instagram du 74

Un petit tour d’horizons des stars locales des réseaux sociaux et des…

Édith Allard nous a quittés

Édith Allard, adjointe à la Culture et au Patrimoine à la mairie de Megève, n’est plus. Funérailles le 4 mars à 10h à l’église de Megève.

Philosoph’art

Jérémy Fontanel expose au Palais jusqu’au 8 mars.